Suis-je passive ou active ? 
Suis-je partie prenante du monde dans lequel j’évolue ?  


Comment mes actions interagissent sur mon environnement ? 

Je cherche cette expérience pulsionnelle de la traversée du regard, des mots, des images en un mouvement dansé. ​

Je suis artiste pluridisciplinaire, ce qui me permet de faire des propositions artistiques protèiformes où je suis à la fois, auteure et interprète.

Mon travail de création se nourrit de l'expression de l’instantané chorégraphique en conversation avec d'autres artistes : peintres, graveurs, photographes...mais aussi musiciens, danseurs, comédiens. 

Après une formation en dessin, en danse, et en théâtre à l’école Internationale Jacques Lecoq et à l’école du Samovar à Paris, je crée en 2005 à Bruxelles, une compagnie de danse-théâtre et de marionnettes. Je m'ouvre alors à de nouveaux espaces de représentations :  la rue, les jardins, les lieux en friche, les galeries d'arts, les squats... Pendant treize ans, la compagnie aura pour ambition de faire des propositions atypiques, des créations spectaculaires qui auront pour dénominateur commun : la rencontre sensible avec le public. 

Avec la création du spectacle Origine en 2005, j’écris déjà le point d’ancrage de ce processus ; 

Le corps en mouvement face à l’objet 

La compression et l’expansion

C’est à partir de ces deux mots que je conçois le costume du solo de danse Origine.  Ces deux mots n’évoquent rien d’autre que la respiration cellulaire, ainsi s'inscrit les résurgences d'une mémoire ancestrale qui m’invite à tisser des liens. La question du Vivant s’impose à moi, je compose alors mes spectacles à partir de l’expérience pulsionnelle de la traversée des mots, des regards, des images, de la rencontre avec la nature. 

L’écriture instantanée et la poésie sonore
 

En 2011, je suis invitée par l’école des Beaux-Arts de la Cambre a proposé une danse instantanée nourrie par une installation sonore développée par Pierre Clemens. Chaque son est renvoyé en direct, je joue alors avec mon souffle, mes fluides pendant que les étudiants me dessinent. C’est à partir de cette expérience que j’explore le son en direct dans mes spectacles.

Par la suite, je décide de pousser plus loin l’expérience de la plasticité sonore et de la plasticité du corps en mouvement par l’écriture d’un mémoire de recherche "Corps Dansant, Corps Dessiné" et la création de plusieurs propositions d’installations plastiques et dansées.

Je questionne ainsi l'instant furtif de la représentation et la trace laissé par le geste dessiné. C’est ainsi qu’en 2018, je rejoins l’association Zootrope (Le regard en mouvement) en travaillant avec Frédéric Pasquini (photographe) autour de la question du regard, de l’image et du corps dans le cadrage photographique.

Pédagogie
 

Je nourrie également ma démarche par la proposition d’ateliers de pratiques artistiques pour tous les publics. Ces ateliers-laboratoires sont toujours construits en conversation avec les créations en cours.

Afin d’affiner cette pratique pédagogique, je deviens en 2018 praticienne en éducation somatique. Ces techniques enrichissent mes propositions et me permettent de construire des projets croisés avec des publics spécifiques, en entreprise ou dans le monde du soin. Mes ateliers se construisent dans une approche globale afin que chacun puisse trouver sa place en tant que sujet vivant et vibrant.

Magali REVEST

  • Facebook Social Icône
  • Vimeo sociale Icône
  • Icône noir Blogger

© 2020 magali.REVEST